Tuez-les tous !
TUEZ-LES TOUS,
DIEU RECONNAÎTRA LES SIENS !

"Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens" aurait dit l'intégriste Simon de Montfort en ordonnant le massacre des "infidèles" Albigeois contre lesquels il mena de 1202 à 1218 de sanglantes croisades.
On le voit, l'intolérance n'est pas d'hier. Et aujourd'hui, bientôt un millénaire plus tard, elle fait toujours des ravages. Les uns grotesques et subalternes, comme cette plainte déposée par les évêques de France contre le constructeur automobile Volkswagen coupable d'avoir tourné en dérision une scène biblique pour vanter les mérites de sa petite auto, la nouvelle Golf.
Les Evêques de France se scandalisent de voir le Christ dire dans la pub de Volkswagen : "Mes amis, réjouissez-vous, une nouvelle Golf est née". Et pourquoi donc ? Ils auraient préféré une Twingo ? Une Clio ? Une Papamobile, peut-être ? Volkswagen et les publicitaires ne reculent devant rien pour faire de l’argent. Ce n’est pas un mystère. Entre la Bourse et le goupillon, il ne faut pas choisir.
L’Eglise catholique n’a plus les tribunaux de l'Inquisition, elle se contente de prêcher la bonne parole et la pensée unique, d’imposer son dogme là où c’est possible.
Ailleurs, dans d'autres pays, au nom de la tradition, en Iran, en Algérie, en Afghanistan, en Inde ce sont des populations entières que les fanatiques, intégristes islamistes ou hindouistes, "fous de Dieu" comme ils se nomment eux-mêmes, martyrisent, ne reculant devant aucun crime pour imposer leurs idées. Femmes qu'on égorge parce qu'elles ne portent pas le voile ou sortent les bras nus, musiciens abattus parce qu'ils chantent ou footballeurs descendus parce qu'ils jouent, intellectuels tués parce qu'ils pensent, oiseaux étranglés parce qu'ils pépient. Enfants, femmes, adultes et vieillards éventrés parce qu'ils vivent.
Oui, l'intégrisme, le fanatisme, la pensée mise au pas de l'oie sont des fléaux. Un fil rouge relie au travers des siècles et des continents le duc de Montfort à Khomeiny et aux intégristes de toutes sortes : ces gens là savent pour tout le monde ce qu'il ne faut pas penser et ce qu'il faut prier. Mais faut-il suivre les dingues quand ils déraillent et les évêques quand ils perdent les pédales ?

À lire également

Les commentaires sont fermés.