Il est intéressant de constater que depuis quelques mois, ces dernières années tout au moins, des écrits publics fleurissent ici et là pour raconter tout haut ce que des voix chagrines chuchotaient tout bas dans les rangs du divin troupeau, scandalisant les ouailles bien enseignées à ne pas évoquer les histoires qui fâchent. Cachez ces choses qu’on ne saurait entendre ! ;-)

L’Eglise souterraine

Ou pourquoi l’Eglise est en train de devenir souterraine


Préambule

Il est intéressant de constater que depuis quelques mois, ces dernières années tout au moins, des écrits publics fleurissent ici et là pour raconter tout haut ce que des voix chagrines chuchotaient tout bas dans les rangs du divin troupeau, scandalisant les ouailles bien enseignées à ne pas évoquer les histoires qui fâchent. Cachez ces choses qu’on ne saurait entendre ! J

Le lecteur aura compris qu’il s’agit des critiques, jugements, dénonciations des compromis ou autres malversations dont se rendent coupables ceux qui n’appliquent pas La Parole sacrée qui dit que « l’amour couvre toute les fautes » (ref).

Oui, mais « la lettre tue mais l\'esprit vivifie » (2 Corinthiens 3:6), et il semblerait que l’abus du verset précédent assassine plus de victimes innocentes (en laissant courir des assassins) qu’il ne sauvent les chrétiens coupables (théoriquement déjà sauvés au demeurant), et il ne faut pas s’étonner si les églises se vident de leur substance spirituelle et se remplissent de « bénis oui-oui » qui n’ont de disciples que le nom. Ceux qui ont soif de Dieu vont Le chercher ailleurs.

Le but de cet ouvrage n’est pas de « critiquer aussi », mais d’apporter une réflexion sur les réalités spirituelles que vivent les pratiquants de cette délicate attention qui est le fait de fréquenter (ou pas) une église.

Ces écrits s’adressent aux assoiffés, aux affamés, aux déçus du monde ecclésial (pour ne pas dire religieux), à ceux qui ont trouvé la Vérité dans l’Evangile du Seigneur Jésus-Christ mais du mensonge dans la bouche et dans le cœur de ceux qui prononcent Son nom.

Attention, ça va être chaud. Que ceux qui veulent à tout prix rester dans leurs certitudes passent leur chemin. Ce livre n’a pas été écrit pour eux.

Ou plutôt si, ce livre est écrit pour ceux d’entre nous qui ont quelque chose à apprendre.

Que celui qui sait tout lève le doigt et range sa bible au fond d’un placard. Il a atteint la perfection et son voisinage est tellement ébloui par son témoignage que tout son quartier, convaincu de péché, de justice et de jugement, est assis avec lui le dimanche sur les bancs de son église et (aussi) comme lui son entourage est parfait.

Heu…je n’ais jamais vu cela. J

Bon on ne va pas chipoter. Nous savons tous que rien n’est parfait mais la question n’est pas de savoir qui est mieux que l’autre, mais de décider une bonne fois pour toute si je suis ou non devant Dieu dans la légalité. Les fruits que porte l’arbre que je suis (et l’assemblée que je fréquente) sont-ils bons à manger ou sont-ils plus pourris que je ne voudrais l’admettre. La poursuite de la lecture de ce pensum pourrait nous réserver bien des surprises. Bref, de quoi allons nous parler ?

Ø Prier pour le salut des âmes est-il biblique ?

Ø Doctrine pseudo évangélique

Ø Le principe des vases communiquant.

Ø Et si les enseignements de (notre) « Eglise Evangélique » étaient frelatés ?

Ø Les violeurs de conscience

Ø Les prières inutiles

Ø Nos prières sont-elles toujours légitimes ? (mariage, richesses, etc. …)

Ø La vente des prédications

Ø Prédicateurs business

Ø Reconsidérer ce que nous avons appris

Ø Pourquoi les chrétiens quittent-ils les églises ?

Ø Tu as un problème d’autorité mon frère ! (et si c’était ceux qui rabâchent cela qui en avaient un ?)

Ø C’est quoi « la rébellion » ?

Ø Sommes nous vraiment convertis ?

Ø Pourquoi j’ai quitté « les églises »

Ø L’évangélisation globale

Ø Question à propos de vieux habits et de vieilles outres

Ø Les certitudes

Ø L’œcuméninisme

Ø Les églises pleines

Ø Les églises se vident. Pourquoi ?

Ø Où irons nous ?

En fait, le but ce cet ouvrage est de contrôler si notre vie chrétienne est conforme et si non, que faut-il y changer et comment. Tout un programme. J

2 Corinthiens 13:5
Examinez-vous vous mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes. Ne reconnaissez-vous pas que Jésus Christ est en vous? à moins peut-être que vous ne soyez réprouvés.


Chapître 1

Ø Les églises se vident. Pourquoi ?

La première idée est que si les ouailles quittent leur église est qu’ils ne s’y sentent pas bien.

Bien sûr, les responsables (anciens, pasteurs, leaders, vous les nommez comme vous voulez) diront tout de suite que les fuyards sont des rebelles, refusent l’autorité, ont des problèmes et plein de trucs encore qui sont toujours au désavantage du partant. Nous remarquerons au passage que l’absent, qui as toujours tord c’est bien connu, devient un pestiféré et est banni de l’honorable société. C’est bien dommage car hier encore, on lui disait « Je t’aime ! ».

Nous pouvons tirer de cet exemple au moins deux constatations.

Tout d’abord, quel est donc cet amour qui change de couleur du jour au lendemain ? Pas celui de 1 Corinthiens 13 en tout cas. Et si cela était justement la raison du départ du mécréant ?

Les noms d’oiseaux qualifiant « le rebelle » ne tiennent pas à mon sens pour les raisons suivantes.

Si en effet le frère ou la sœur a rejoint une assemblée, c’est qu’il accepte justement (et même le désire puisque il y est venu) la communion fraternelle, l’autorité spirituelle biblique, cherche à régler ses problèmes si il ou elle en a, et s’est déplacé parce qu’il connait ces besoins.

Il semblerait qu’il n’ait pas trouvé ce qu’il était venu chercher et qu’il est repartit avec une grande claque, une blessure de plus et un statut de renégat ce qui n’est pas fait pour l’encourager à rejoindre une autre troupe ou il y a des risques qu’il subisse le même sort.

Bien sûr, il aurait pu accepter les coutumes locales, s’habiller comme tout le monde, penser comme tout le monde, se taire comme tout le monde, et surtout ingurgiter des enseignements parfois pervers et ce n’est pas vous qui lisez qui prétendrez le contraire.

Nous avons donc perdu un frère, un ami, un fils de Dieu, peut-être un prophète, un évangéliste, un docteur, ou autre ministère qui ne demandait qu’à être libéré, dans tout les cas un de ces petits que est venu nous demander une verre d’eau fraîche.

Nous n’avons donc pas exercé l’hospitalité et peut-être perdu l’occasion d’héberger un ange. Dans tous les cas, nous avons désobéis à La Parole de Dieu. Vous voulez que je vous sorte quelques versets bibliques ?

Alors, on va dire que c’est la faute du pasteur. C’est lui qui commande.

Et le pasteur, qui c’est qui le commande a lui ?

Nous savons que nous nous devons obéissance les uns aux autres n’est ce pas ? C’est évidemment valable pour les pasteurs qui, dans ce cas là, n’ont pas fait leur boulot et n’ont pas obéi au St Esprit qui a commandé d’accueillir le bonhomme.

Vous désobéissez vous aussi parce que vous ne veillez pas à la bonne santé spirituelle de votre ou vos dirigeant(s) ce qui montre un manque d’amour flagrant envers vos frères ou une crainte irraisonnée de ces derniers qui vous dominent comme le diable le fait avec ceux qui sont dans le péché.

Heu…Vous suivez ?

La morale de cette histoire et que si le gars viré de l’église (ou qui s’est viré tout seul) n’était pas le mécréant supposé mais une brebis véritable qui cherchait une bergerie, ce n’était pas lui le pécheur, ni le pasteur qui croyait faire son boulot, mais l’église entière qui est en malédiction aux yeux de Dieu puisque elle rejette Ses Enfants. On comprend mieux maintenant pourquoi le frangin s’est barré.

Notre bon Wachman Nee, dans un de ses livres parlant du sujet, conseillait aux jeunes convertis de fuir en courant une telle assemblée. Et vous, participerez-vous à l’abomination ou fuirez-vous à votre tour hors de Babylone la grande ?

Allez, j’entends déjà votre question. Où irons nous ?

C’est encore un peu tôt pour la réponse et relisez le titre de cette étude. C’est une piste. Mais, avant de vous décider, il vous faut encore apprendre quelques petites choses. J

Ø Les églises pleines

Parlons des églises pleines. La vôtre par exemple.

Il y a des « « églises de maison », des « petites églises », des « grandes églises », des « mega-church » et l’Eglise tout court. J’ai nommé l’Eglise de J-C.

Dans une « église de maison » », se rassemblent des frères, soit des « convertis » », donc des sauvés appelés « chrétiens » que je préfèrerais nommer disciples.

Ces frères se connaissent, expérimentent une véritable communion fraternelle (justement parce qu’ils se connaissent) et ont rarement l’occasion de se disputer car ils sont unis dans l’Esprit. Jusque-là, tout va bien. J

Une « petite église » est une église de maison qui a naturellement prospéré (normal, c’était l’Eglise pure et sans tâches bibliquement parlant) mais qui a voulu jouer dans la cour des grands.

Il y a assez de membres pour payer la dîme (pas toujours justifiée d’ailleurs), le loyer, et pour créer une association afin d’être reconnu par les autorités séculières. Comme si le gouvernement temporel avait pour mission de reconnaître l’Eglise de J-C !!!

On va plus loin en donnant un nom à la structure qui, de « Eglise de J-C » originelle devient « La bonne semence », « l’Eglise des Saints », « l’assemblée de Dieu » (quelle prétention !!!), l’A.C.T (Assemblée Chrétienne de Toulouse), comme si c’était la seule assemblée chrétienne de Toulouse ( ?!?), ou les Baptistes, Frères larges, étroits, Catholique (universelle), Protestants, Réformés, Evangéliques libres (ce qui laisse perfidement entendre que les autres sont prisonniers) et encore bien d’autres. Put****g, laquelle vais-je choisir ?

Bon, on veut se différencier les uns des autres.

L’idées ne serait pas mauvaise si toutes ces « petites églises » (comme les grandes d’ailleurs) ne rentraient pas en concurrence les unes avec les autres, chacune détenant Sa vérité et ne méprisait pas sa voisine malgré les hypocrites efforts des pastorales plus ou moins œcuméniques sensées unifier tout ce petit monde mais nous causerons de cela un peu plus loin dans notre réflexion.

Donc, petite église devenant grande, on trouve parfaitement logique d’engager l’argent des membres (et leur caution bancaire ce qui est parfaitement anti-biblique) pour financer un bâtiment qui en aucun cas n’appartient à ceux qui l’on payé mais à un système qui les mets à la porte à la moindre incartade. La première incartade étant de ne pas être d’accord si le leader se montait par accident un peu trop la tête, si il se produisait un glissement doctrinal assez peu théologique ou si les responsables décidaient de fédérer la structure à une fédération connue pour des positions doctrinales assez ôlé ôlé (avortement, homosexualité, œcuménisme outrancier etc.…). Hé ! Ne me dites pas que ce n’est pas vrai. J

Il se passe quoi en fait ?

Il se passe que si tu veut rester ici, tu ferme ta gue**e, tu paye ta dîme, tu donne des offrandes, tu chante ce qu’on te fait chanter, tu accepte que le pasteur trompe sa femme ou courre les minettes ou les minets (mais si, mais si, on a vu cela), que ça magouille terrible du coté des finances, qu’on te prêche un peu de tout et souvent n’importe quoi, bref, je ne vais pas raconter ici ce que vous savez déjà et que vous acceptez car il parait « que l’amour couvre toutes les fautes » et que « ces histoires ne doivent pas sortir du temple » (sic).

Finalement, vous vous êtes habitué à accepter l’inacceptable (un chrétien est par nature crédule, patient, tolérant et obéissant ce qui est tout à son honneur) et on vous a fait croire que ce qui est anormal est parfaitement naturel sous prétexte que l’Eglise de Corinthe était déjà comme cela en son temps.

Oui, mais plus de deux mille ans ont passé, et si la croissance de l’Eglise n’est pas plus rapide, je vais aller chercher ailleurs un lieu où je pourrais grandir sereinement.

Le problème que la petite église devenue grande rencontre, c’est que la porte est désormais ouverte à n’importe qui et, si je ne suis pas contre accueillir les auditeurs et les non croyants qui seront saisis par l’Esprit (quand Il se manifeste) et se convertiront « en voyant comme on s’aime » (CQFD), il semble que les chaises soient plus occupées par des religieux du dimanche et des curieux en quête de guérisons prophétiques et autres miracles que de véritables croyants bien dans leur peau et reflétant la gloire de Dieu. A Marseille, j’ai connu des « frères » qui réglaient leurs différents à coup de couteau et de car de police, des « dirigeants » alcooliques, des évangélistes faisant de fausses déclarations aux assurances et tout ce petit peuple se retrouvait le dimanche pour chanter Alléluia et partager la Sainte Cène.

Bon, reconnaissons que si on fait passer des tests à tous les membres réguliers d’une assemblée chrétienne, il ne restera plus grand monde pour répondre aux critères qui font de nous des Enfants de Dieu. J’ais même rencontré plusieurs baptisés depuis plus de 20 ans qui ne savaient rien du plan du salut. Perte de mémoire ?

Il ne faut donc pas s’étonner si :

- Les vrais frères quittent les assemblées car ils souffrent de cet état de fait et se retrouvent souvent « sans église ».

- Les assemblées les plus « réveillées » de Toulouse ne sont pas connues des gens du quartier dans lequel elles sont implantées.

- Il y a un malaise toujours oppressant au sein de la plupart des structures ecclésiales.

- Les évangélistes ont tant de mal à caser les âmes issues de leur ministère

- Je suis en train d’écrire tout cela au risque de me faire écharper.

Nous rencontrons là le principe des vases communiquant.

Les églises se vident de la substance spirituelle et se remplissent de plus en plus de n’importe quoi.
Les victimes sont les vrais croyants liés par des paroles menaçantes dans le genre « Ne quittez pas vos assemblées » et les perdus ne veulent pas y rentrer car ce n’est pas l’idée qu’ils se font d’un rassemblement de disciples aimants plein de foi soi-disant évangélique.

Le gros du troupeau est constitué de gens en recherche de sensations ou, comme les catholiques endoctrinés, croient acheter leur salut en récitant des mantras moins austère que ceux des religions traditionnelles mais tout autant pathogènes pour la croissance de leur spiritualité en les maintenant dans la mort plutôt que de leur donner la vie.

Oui, allez-vous me dire, mais moi, je ne suis pas comme cela et mon église est vivante, mon pasteur aimant etc…etc.….

Est-ce bien vrai ?

En tout cas, nous aurons répondu à la question : Les églises se vident. Pourquoi ?

Chapitre 2

Ø Reconsidérer ce que nous avons appris

A suivre……

Pour être tenu au courant de la suite de cet article, cliquez ICI

 

Ou inscrivez vous à la Newsletter du site pour être informé de son dévelopement.

À lire également

Les commentaires sont fermés.